Inti Solidarité Nicaragua Amérique Centrale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 1 novembre 2016

Lettre d’info automne 2016

Bonjour,

Dans quelques jours, le 6 novembre, donc pratiquement au même moment que les élections aux Etats-Unis auront lieu les élections présidentielles au Nicaragua. D’après les sondages, la victoire du FSLN serait assurée.

Pour nous c’est surtout la poursuite de nos projets pédagogiques qui reste notre priorité.

Vous trouverez des nouvelles dans cette nouvelle édition.

Dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale, nous organisons une soirée le 12 novembre avec un repas nicaraguayen qui sera accompagné par un groupe de musiciens d’Annecy qui jouera bénévolement de la musique brésilienne.

Nous serons bien sûr heureux de pouvoir compter sur votre présence.

Lire la suite...

Le CDI Eduardo Contreras

Au CDI les activités et les visites se succèdent. La fête du maïs annuel a été de nouveau un succès avec la participation de la plupart des parents. Le bénéfice permettra de réparer le toit de l’un des bâtiments.

La prof parisienne, Karyne est aussi revenue cette année. Pendant son séjour de 15 jours, elle a créé une mini entreprise. 16 élèves du CDI et de l’Angelita qui restent au centre jusqu’à 17 h ont été choisis pour en faire partie. Avec l’aide de Rosita et de Ana Gabriela qui travaillent dans l’atelier des travaux manuels, ils ont élaboré des pinatas qui vont être commercialisées à Paris.


projet de Karyne

Lire la suite...

Le Doris Maria Morales Tijerino DMMT

L’année dernière 24 élèves ont passé le bac. Parmi les jeunes filles qui ont commencé leurs études universitaires plusieurs restent en contact avec INTI. Elles sont très enthousiastes, disent avoir fait le bon choix. Elles rencontrent toutefois des difficultés économiques. Par exemple à l’Université la plus réputée, la UCA, les mensualités sont de 100 $US par mois. Elles s’efforcent d’obtenir de bons résultats aux examens et ainsi avoir une bourse.

Beaucoup d’élèves gardent aussi le contact avec le centre et viennent à l’occasion de fêtes.

La direction du Doris est désormais assurée par

Lenis Almanza, directrice

Juan Carlos Ruiz, adjoint à la direction

Victor Garcia et Luz Danelia Talavera apportent leur appui pendant la période de transition.

Cette année, le collège a 99 élèves dans les six classes de primaire et 156 dans les cinq classes du collège parmi lesquels11 élèves sont parrainés par INTI

Lire la suite...

Pour une vraie autonomie de la population des descendants africains

Résumé d’un article de Alterinfos Amérique Latine de Carmen Herrera du 21-9-2016

Presque la moitié du Nicaragua est sous le régime de l’autonomie et peuplée de différentes ethnies, dont les descendants africains, tandis que l’autre moitié est peuplée de métis, en majorité catholiques et hispanophones.

Ce territoire de l’Atlantique fut colonisé par les Anglais et rattaché seulement au Nicaragua par le président José Santos Zelaya en 1894, donc 73 ans après l’Indépendance du Nicaragua en 1821, mais sans prendre en compte les différences culturelles et linguistiques de ces populations auxquelles la langue espagnole fut imposée.

En plus des descendants africains, on trouve sur ce territoire des indigènes mayagnas, miskitos, garifunas et ramas avec lesquels ils ne partagent pas seulement l’histoire, mais aussi une identité caraïbe malgré les différences qui les séparent. Leur langue, leur culture et leur organisation sociale ne sont pas semblable, mais ils se sont unis dans la lutte pour affronter l’Etat métis du Pacifique. Cela a abouti à la loi 28 « Statut d’Autonomie dans les régions de l’Atlantique ».

Lire la suite...

La défense des semences en Amérique Latine : perspectives et défis

Par Javier Carrera – ALAI

En 1999, la FAO nous alerte que l’humanité avait perdu, au long du 20ième siècle, 75% de ses ressources phytogénétiques, c’est à dire, des semences dont nous avons hérité de nos ancêtres.

Il est arrivé dans l’histoire qu’une mutation ait couvert l’épis d’une seule enveloppe ce qui a facilité l’extraction du grain. Ces paysans ont alors semé les plantes présentant cette mutation. Petit à petit ils ont sélectionné des grains les plus grands. Puis ils découvrirent une nouvelle mutation qui doublait la taille du grain et et celle-ci continuait à augmenter. Après de nombreuses générations ces mutations se stabilisèrent. Une nouvelle espèce était née : le maïs.

Dans chaque petite vallée, les paysans adaptèrent la plante aux conditions locales du sol, du climat, des désastres : un processus qui pouvait nécessiter quelques années ou plusieurs décennies. De cette façon surgirent de nouvelles espèces de maïs. A l’arrivée des Européens, il existait dans les Amériques des milliers de variétés adaptés aux plus diverses conditions géographiques.

Des processus similaires se firent dans la création de toutes les espèces et variétés dont nous avons hérité : les pommes au Kazakhstan, des agrumes et le riz dans le Sud-est asiatique, le café en Éthiopie, le blé, l’orge et l’avoine en Mésopotamie, les choux en Europe, le raisin et les olives en Méditerranée, etc.

Une impressionnante diversité agricole, fruit du travail de millions de petits paysans, tout au long de milliers d’années.

Lire la suite...

mercredi 6 juillet 2016

Lettre d’info été 2016

Bonjour,

Au regard de l’actualité dans le monde, on pourrait presque penser que le Nicaragua est relativement épargné. Ainsi, même si le tremblement de terre de 7,3 sur l’échelle de Richter, avec ses répliques qui ont duré des jours a effrayé la population, il n’a pas fait de victimes. La prévention contre les catastrophes naturelles semble bien fonctionner. Le gouvernement met aussi beaucoup d’actions en œuvre pour limiter les épidémies de dengue et de zika.

Dans quelques jours, le 19 juillet, les Nicaraguayens vont fêter le 37ième anniversaire de la Révolution.

Nous espérons que le projet du canal n’aboutisse pas à remettre en cause la réconciliation et la paix du pays à l’approche des élections présidentielles en novembre.

Lire la suite...

Nos projets pédagogiques

Si nous sommes bien informés sur les activités du CDI – non par des rapports, mais par l’échange régulier de courriels- ce n’est pas le cas avec le Doris où nous avons 11 élèves parrainés.

Cette année nous avons également des problèmes avec le courrier, la correspondance des élèves a leurs parrains, envoyée il y a plus de deux mois, n’est toujours pas arrivée.

Par contre le Doris entretient de bonnes relations avec un collège en Norvège avec une visite annuelle d’un petit groupe d’élèves norvégiens accompagné par des professeurs et une invitation de trois élèves du Doris accompagnés par des enseignants à voyager en Norvège. Plusieurs jeunes parrainés par INTI ont pu aller en Norvège et ont raconté leur expérience avec enthousiasme. Mais il y a eu aussi de grandes déceptions parmi ceux qui n’ont pas été sélectionnés comme Daraili qui avait passé toute sa scolarité dans le projet et qui a commencé cette année ses études à l’Université.

Brisamar a pleuré pendant plusieurs jours après l’annonce qu’elle ne figurait pas dans la sélection de cette année mais elle aura peut-être une chance l’année prochaine, l’année du bac car elle est une excellente élève et participe bien aux activités du collège. INTI n’a jamais eu les moyens pour proposer un tel échange.

A la rentrée scolaire 2016, Victor Garcia a pris sa retraite et la direction est désormais assurée par Lenys (que nous avions invité à Bourg St. Maurice, il y a une quinzaine d’années) et Juan Carlos, enseignant au Doris.

mosaique.jpg

Lire la suite...

Le changement climatique assèche le Nicaragua

José Adan Silva – avril 2016

Extraits :

Une sécheresse de trois ans à laquelle s’ajoute une déforestation massive ont asséché la plupart des sources superficielles du Nicaragua de sorte que la population a de plus en plus de difficultés d’ accès à l’eau potable.

La détérioration environnementale de la Réserve Biologique Indio Maïz et les réserves naturelles Cerro Silva et Punta Gorda a été plus importante entre 2009 et 2011 que dans les 26 années précédentes.

Selon l’entreprise britannique ERM qui , à la demande du consortium chinois HKNP, a fait l’étude sur la faisabilité du canal, les grandes réserves naturelles du sud du pays ont perdu jusqu’à 40% de la couverture forestière entre 1983 et 2011.

L’impact de la sécheresse a déjà une forte influence sur l’économie et la sécurité alimentaire dans une grande partie du pays où un tiers de la population survit avec moins de 2 $ US par jour et où 20% sont sous-alimentés.

Les éleveurs de bétail sont très préoccupés par le manque d’eau.

L’Union des Producteurs agricoles calculait qu’en 2015 les pertes occasionnées par la sécheresse s’élevaient à 200 millions de $US

Lire la suite...

- page 1 de 25